• theyactforwomen

Gitanjali Rao, Ru'elles, HandsAway, ...ils luttent contre le harcèlement sexuel


En 2020, Gitanjali Rao a été élue « meilleure jeune innovatrice » par le Time pour son application Kindly, qui sert à lutter contre le cyber harcèlement. Les chiffres portant sur le harcèlement et le cyber harcèlement ne cessent d’augmenter. Nous aimerions, à travers cet article, faire prendre conscience de la gravité de ce phénomène et mettre à l’honneur les personnes et les institutions qui luttent contre toutes les formes de harcèlement.


Hand's Away


Le harcèlement encore trop présent


Aujourd’hui le harcèlement est encore trop présent, qu’il soit physique ou virtuel. Afin de faire bouger les choses, plusieurs études ont été menées. Nous souhaitons en aborder trois dans cet article : l’étude sur la perception de la criminalité et de la sécurité de l’Agence européenne des droits fondamentaux, l’étude sur le harcèlement au Royaume-Uni réalisée par ONU Femmes et l’étude menée par L’Oréal Paris et l’ONG Hollaback sur le harcèlement sexuel.


1. Étude sur la perception de la criminalité et de la sécurité de l’Agence européenne des droits fondamentaux

Nous avons sélectionné cette étude parce qu’elle témoigne des inégalités entre femmes et hommes dans l’espace public. En effet, elle a révélé que 83% des femmes âgées de 16 à 29 ans évitent de se promener ou de passer par certains endroits, quartiers ou de se rendre dans certaines rues par peur de se faire agresser. Même le simple fait d’être isolée avec une autre personne est devenu une peur. En comparaison seulement 58% des hommes de la même tranche d’âge disent adopter le même comportement. Cela témoigne d’une inégalité sociale marquante : les femmes ne peuvent pas utiliser l’espace public de la même manière que les hommes. Cela peut avoir d’énormes conséquences sur le quotidien et renforcer davantage les inégalités de genre de manière globale : sentiment d’insécurité, trajet plus long, trajet plus cher (utilisation de taxi par exemple) ou encore privation de certaines activités en raison de leur localisation.


2. Étude sur le harcèlement au Royaume-Uni de UN Women

Cette étude permet de mettre des chiffres sur la gravité du harcèlement et ceux-ci sont bouleversants. Sur les plus d’un millier de femmes interrogées, 80% ont été victimes de harcèlement sexuel. Sur la tranche d’âge des 18-24 ans, ce pourcentage passe à 97% : cela signifie que quasiment toutes les jeunes femmes du Royaume-Uni ont été victimes de harcèlement. ONU Femmes dénonce « une crise des droits de l’homme ».


3. Étude sur le harcèlement sexuel de l’Oréal Paris et de l’ONG Hollaback

L’Oréal Paris et l’ONG Hollaback ont mené une étude sur le harcèlement sexuel, qui s’est étendue sur 8 pays pour mieux comprendre et mieux lutter contre celui-ci mais aussi de savoir s’il existe des différences selon la culture concernée. Sur 15 500 personnes, l’étude réalisée l’année dernière montre que 81% des femmes avaient déjà été victimes de harcèlement sexuel dans des lieux publics en France. Sur ces 81% de femmes, seulement 20% avaient déclaré avoir été aidées suite à leur agression.


Les gouvernements tentent de faire face à ce phénomène grave de différentes façons.

L’un des pays exemplaires sur ce sujet et plus largement sur l’égalité entre les femmes et les hommes est la Finlande. En effet, c'est le premier pays au monde à avoir accordé aux femmes, il y a cent ans, l’intégralité de leurs droits. La première ministre actuelle, Sanna Marin a une réelle volonté de faire bouger les choses. Elle a indiqué que son pays étudiait une révision de la Loi sur l’égalité entre les femmes et les hommes dont le harcèlement fait grandement partie puisqu’il est question de l’élargissement du champ des dispositions sur le harcèlement sexuel aux écoles et structures d’enseignement.

De son côté, le gouvernement français a mis en place des lois pour lutter contre le harcèlement sexuel, afin de punir les harceleurs mais aussi de protéger les victimes.


Même si les différents gouvernements tentent de lutter contre le harcèlement, les actions des pays pour empêcher celui-ci d’exister et pour accompagner les femmes victimes manquent toujours de concret et sont insuffisantes.


Aujourd’hui, les seules actions réellement réalisées contre le harcèlement sont mises en place par des citoyens à travers leurs innovations ou leurs interventions par le biais d’ONG ou de collectif. C’est pourquoi nous souhaitons mettre en lumière le travail de Gitanjali RAO et d’organisations que nous avons sélectionnées.

Hand's Away

Gitanjali RAO


Gitanjali RAO est une jeune inventrice américaine, scientifique et promotrice des disciplines STEM américaine. Elle remporte le Challenge Discovery 3M du jeune scientifique en 2017 : ce prix va la propulser médiatiquement. Forbes la classe dans sa liste des 30 personnes de moins de 30 ans les plus influentes pour leurs innovations. Elle est également nommée Meilleure jeune innovatrice par le journal Time en 2020 pour ses innovations et ses « ateliers d'innovation » qu'elle anime à travers le monde. Elle reçoit aussi la même année la distinction « enfant de l’année » par le magazine en ayant su se démarquer parmi 5000 candidats âgés de 8 à 16 ans.

En s’informant sur les problèmes liés à l’environnement, elle entend parler de la crise sanitaire liée à la contamination au plomb de l'eau potable à Flint. Suite à ses recherches, elle s’intéresse aux méthodes de mesure du plomb dans l’eau et développe un appareil de nanotubes de carbone (structure en forme de tube) qui peut envoyer des informations par Bluetooth. Elle a donc créé Tethys, un détecteur de plomb, à l’aide des chercheurs de 3M. Pour vérifier la viabilité de son détecteur, elle prévoit de collaborer avec des scientifiques et des experts médicaux.


En octobre 2020, un rapport de l’ONG Plan International, à l’occasion de la Journée internationale de la fille, a souligné que 60 % des filles et des adolescentes dans le monde ont été victimes d’une forme de harcèlement et de discrimination en ligne. Suite au rapport et étant consciente des problèmes auxquels sa génération fait face, Rao développe une application et une extension Google Chrome appelée Kindly afin de lutter contre le cyberbullying, un problème qui touche particulièrement les jeunes filles. Sur la base de l’intelligence artificielle, le principe est simple : « Vous tapez un mot ou une phrase, et le système est capable de détecter s’il s’agit de harcèlement, et vous donne la possibilité de le modifier », explique sa créatrice. « Le but n’est pas de punir. Au lieu de cela, il vous donne une chance de repenser ce que vous dites ». Cet outil permet donc d’identifier le harcèlement en ligne et de le combattre.


Gitanjali Rao se définit comme une scientifique venant d’une minorité : elle est jeune, c’est une femme et elle est non blanche. En réfléchissant à des solutions aux problématiques qu’elle observe, elle est un exemple pour toutes les jeunes filles qui souhaitent avoir un impact sur le monde qui les entoure.


Enfin, nous souhaitions mettre en lumière des structures que nous admirons chez They Act For Women et qui luttent au quotidien contre le harcèlement.






Ces structures qui luttent contre le harcèlement


Face à l’incompétence du gouvernement sur le sujet, des structures, portées par des citoyen.ne.s engagé.e.s se sont données comme mission de lutter contre le harcèlement. Le rôle de celles-ci peut varier : permettre aux victimes de se confier, d’avoir un suivi qu’il soit juridique ou médical suite à leur traumatisme, agir en donnant des conseils aux personnes étant témoin d’un acte de harcèlement, ou encore réaliser des campagnes de sensibilisation sur ce sujet.


Nous en avons sélectionné trois que nous admirons particulièrement :


1. Hand’s Away

Né de la volonté de sa fondatrice de pouvoir être dans l'espace public en toute sérénité, le projet HandsAway est initialement une application mobile gratuite permettant aux victimes et témoins d'agressions sexistes et sexuelles de s'alerter, de s'entraider et de témoigner. Aujourd’hui, HandsAway est une association qui lutte contre le harcèlement à travers cette application, mais également en favorisant l’action citoyenne, en fédérant différents acteurs sur ce sujet et en valorisant le numérique au service de l’égalité femme/homme.

https://www.handsaway.fr/


2. CLASCHES


Le Collectif de lutte antisexiste contre le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur ,CLASCHES, lutte contre le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur. Son action concerne spécifiquement les étudiantes et doctorantes, particulièrement exposées au harcèlement, et pour lesquelles il est souvent difficile de trouver un soutien dans ce milieu. Le collectif sensibilise au harcèlement sexuel, apporte une première information aux victimes et les oriente vers les structures adaptées pour les accompagner.

https://clasches.fr/


3. L’association Ru’elles

À Strasbourg, l’association Ru’elles offre une écoute active des témoignages de femmes victimes de harcèlement de rue et les oriente vers les dispositifs mis en place pour les accompagner. Elle offre à celles-ci un suivi personnalisé sur le plan moral et sur le plan juridique.

https://ruelles-strasbourg.fr/



Il existe aussi de nombreux comptes Instagram qui luttent contre le harcèlement : @defendezvous donne des solutions face à la violence comme l’autodéfense, @disbonjoursalepute qui lutte contre le harcèlement sexiste et les violences sexuelles ou encore @wesh_soeur qui recueille des témoignages des femmes qui ont été victimes de harcèlement, violences sexuelles, …


Restez attentifs et attentives ! Dans une prochaine interview, nous questionnerons l’association Ru’elles, dont on vous parlait plus haut, sur son travail !

15 vues0 commentaire